La réunion annuelle opium des responsables


Article emprunté de Theodose avec quelques légères modifications

Quand tout va mal, que la situation semble désespérée chez l’Agence on organise une réunion annuelle. Pour que l’invocation réussisse, il vous faut quelques ingrédients :

D’abord un lieu prestigieux, histoire d’impressionner tous les idiots qui vont se pâmer devant tant de considération et pouvoir frimer auprès de leurs amis. Genre :  » Tu sais où on va nous pour notre réunion annuelle !?! » Ainsi les crétins se gargarisent de leur pitoyable vie par procuration et vont gaiement s’extasier devant tous les déversoirs de poncifs qu’on va leur servir.

Il faut aussi le top management. Généralement ces messieurs absolument inaccessible et qui n’ont strictement rien à foutre de votre petite personne vienne en masse (en masse salariale devrais-je dire !). Le top management c’est des mecs cool, ils vont en réunion annuelle en costard (parait que c’est mieux que décontracté !). Et alors ce qu’ils ont c’est vraiment de l’amour. Ils aiment tous le monde, leurs subordonnés, l’Agence (qui les a recruté à grand frais et qu’ils vont vite quitter avec un bon pactole pour des résultats lamentables), et surtout ils s’aiment tous dans le top management. Séquence, accolade entre eux, politesses sirupeuses, compliments éhontés etc. On a droit à la totale et tout le monde est au courant qu’ils se détestent profondément. Chacun étant le
fusible de quelqu’un avec sauce lutte de pouvoir donne un mélange des plus explosifs. Mais la on laisse les armes au vestiaire, on est en réunion annuelle. Tout est parfait dans le meilleur des mondes.

On ajoute dans la marmite, la fameuse soirée. Ah la soirée c’est mon moment préféré. Les frontières entre les hommes se réduisent à la vitesse de la quantité d’aliments digérée dans l’estomac. Le top 10 s’est bien sur éclipse. On peut rigoler cinq minutes avec les gueux mais faut pas pousser quand même. D’abord ils ont un métier et en plus aller partager un repas même pas étoilé au Michelin, c’est humainement impossible. Mais il reste beaucoup de monde et après une certaine heure, votre N+2 devient votre meilleur ami. Vous rigoler bien et vous partagez les mêmes visions pour l’Agence, ça crée quelques liens ! Le lendemain, le vouvoiement est de rigueur. Il s’est passé quelques choses la veille ? Allons la soirée est hors du temps des hommes, elle n’a jamais existé, tout ce que vous avez pu vivre n’a été qu’une illusion.

Ce qui est très en vogue, c’est d’inviter des guests stars. Des gens connu qui viennent vous faire partager leur expérience et comment eux ont réussi face à l’adversité. C’est sympa d’écouter des pointures et instructifs. C’est certainement le moment où tout
le monde est gagné par l’ennuie. Mais restons sur nos gardes, les gens qui viennent ne font pas parti de notre monde, ils sont en général dans l’excellent. Ils sont payés pour nous faire rêver. Or, l’aspiration imbécile qui consiste à croire que tout est possible pour tout le monde. Qu’il suffit de croire en ses rêves pour les réaliser. Qu’on est tous unique, exceptionnel etc. Renvoie à une notion très américaine que personnellement j’exècre. Car c’est faux puisque nous connaissons surtout tous ceux qui y ont cru et y sont arrivés. On ne connaît pas toutes la multitude des anonymes qui a échoué. Nous n’avons pas tous les mêmes chances de départs, les mêmes opportunités, la même bonne étoile. A la place de la religion on nous fourgue un nouvel opium, la réussite des autres (par procuration). Cool.

Enfin tout bonne réunion annuelle dit : Il faut qu’on fasse faire des choses à nos disciples pour les évangéliser, pour les fédérer, pour leur faire gober toutes les conneries de la stratégie de l’Agence qui demande les efforts de tous (pour les bonus des dirigeants). Parce que dans l’ANCFCC qui est un gros traiteur du budget de l’état, l’important ce sont les recettes. Le reste, on s’en fou ! Donc pas de stratégie moyen terme, pas de vision. Un bon plan à un an voire moins pour faire monter les recettes. Car tous ces dirigeants éphémères le savent. L’important c’est le présent, le reste c’est de la littérature. Peu importe le devenir de l’ANCFCC sur la durée, ils ne seront plus là quand les problèmes qu’ils ont créé par des vue court termistes devront être résolues. C’est leur successeur qui mettra les mains dans le cambouis.

Mais revenons à nos moutons, quelle activité à donner en pâture aux moutons ? Ben ce n’est pas simple, mais c’est toujours pourri. Conférences minables, présentations soporifiques, activité en groupe. On ne sort pas de tous les stéréotypes du genre. A mourir t’ennuie ou à pleurer de consternation selon le cas. Les ratés décérébrés avalent sans broncher le foin qu’on leur présente. Les autres un peu plus malin s’ennuient ferme, n’écoute pas grand chose et attendent que le chemin de croix se termine. Il y a quand même douze stations obligatoires. C’est long !

Quand la clôture arrive, les troupes de bœuf sont galvanisées, remontées à bloc, prêts à tous les sacrifices. Nos dirigeants sont les plus forts, géniaux et conviviaux. Ils savent où ils vont et on va tous gagner ensemble. On va être fier de porter l’étendard de l’Agence. On mourra pour l’ANCFCC s’il le faut. Qu’est ce que le sacrifice d’un pour le bien de tous ? L’année 2010 sera l’année de l’Agence !! C’est le genre de conneries que les responsables avaient gobé durant la réunion annuelle de 2010.

Si on laisse de coté les cons toujours prêt à foncer tête baissée dans le néant. Que nous reste t il ? Le bateau est en train de sombrer mais les officiers n’ont pas l’intention de couler avec le navire et l’équipage. L’équipage doit trimer jusqu’au bout pour assurer la sécurité de ses officiers (c’est quand même la moindre des choses). L’ANCFCC est franchement dans la merde mais on sait pas du
tout quoi faire.

Moralité : vous repartez encore plus consterné que lors de votre arrivée. Faudra choisir le bon train pour éviter le déraillement à pleine vitesse mais quand on vit chez l’Agence, on est peut être pas bon partout mais la navigation en eau trouble, ça on connait. Le menu sera donc :

  • service minimum ;
  • passage entre les gouttes et les charrettes ;
  • attente d’un prochain top manager qui donnera une nouvelle orientation à l’ANCFCC. Pas pour le meilleur mais pour le bien pire évidemment !!!

Ah spirale négative quant tu nous tiens…

Theodose, prépare un speech, tu sera notre guest star.

1 commentaire

Classé dans Uncategorized

Une réponse à “La réunion annuelle opium des responsables

  1. lecocotier

    Merci pour ce billet.
    Je voudrais rebondir sur ceci : »Le menu sera donc :

    attente d’un prochain top manager qui donnera une nouvelle orientation à l’ANCFCC. Pas pour le meilleur mais pour le bien pire évidemment !!! », avec cette note d’humour lachée par quelqu’un dans l’assistance lors d’un meeting syndical:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s