L’ANCFCC est présente aux manifestations du 24 Avril 2011


Après la grogne du personnel de l’ANCFCC, le bras de fer des promoteurs, c’est au tour du peuple marocain de sortir pour pointer le DG de l’Agence de responsable sur les maux de la vieille dame.

1 commentaire

Classé dans Uncategorized

Une réponse à “L’ANCFCC est présente aux manifestations du 24 Avril 2011

  1. lecocotier

    Salut!
    Le peuple n’a pas la mémoire courte, loin s’en faut!
    Un scandale a la direction de la statistique au temps du dénommé Taoufik Cherkaoui avait défrayé la chronique. Des millions de dirhams se sont volatisés dans des circonstances bien mystérieuses, des pots de vins, des dépenses fictives…Non, Je ne condamne pas le dénommé Cherkaoui avant que sa culpablilité ne soit légalement établie ! Oui je respecterai sa présomption d’innocence contrairement a ce qu’ il s’en est permis, lui, dans l’affaire de fquih bensaleh! Non, je ne demanderai pas a ce qu’il soit poursuivi en état de détention (parcequ’il doit avoir une famille)! Oui, je le désigne comme unique responsable pour l’incarcération de nos collegues en attente de leur jugement! Non a l’impunité des chiens de garde du makhzen!
    Oui, a l’égalité de tous devant la justice. Voila c’était mon coup de gueule de la soirée.
    En guise de rafraichissement, le scandale en question:

    Le dossier de la Direction de la Statistique devant la Cour des Comptes

    • «L’affaire« cache «un conflit« entre le Ministère de tutelle et la DirectionLA Direction de la Statistique (DS) revient sous les feux de l’actualité. Le rapport de l’enquête de l’Inspection Générale des Finances (IGF) sur la DS a atterri à la Cour des Comptes. Il signale «des irrégularités budgétaires« détectées dans la comptabilité. L’histoire remonte à décembre 1999, lorsque le ministre de la Prévision Economique et du Plan avait demandé à l’IGF d’auditer les exercices de la Direction depuis 1996.Cette enquête a conclu à l’existence «d’anomalies de gestion« constatées dans les dépenses de la régie, des conditions d’attribution et d’exécution des marchés et du maniement de revenus d’enquête.A titre de conclusion, l’IGF invite la Direction de la Statistique à rectifier les anomalies découvertes.Dans son rapport de 28 pages, l’Inspection a en effet relevé l’existence de déplacements fictifs qui ont couvert des dépenses sur des heures supplémentaires ou des aides pour l’acquisition de logements. Dans une note de réponse, la Direction de la Statistique, dirigée par M. Taoufiq Cherkaoui, a précisé avoir utilisé la rubrique «déplacements«, car elle ne dispose d’aucun compte budgétaire pour supporter les dépenses afférentes aux heures supplémentaires engagées pour accélérer le rythme du travail.Au niveau des marchés publics, l’Inspection a découvert des irrégularités dans la passation des commandes. Ainsi, les inspecteurs ont remarqué que «des concurrents réunissant toutes les conditions requises pour soumissionner ont été écartés. Inversement, des soumissionnaires ne réunissant pas ces conditions ont été acceptés«. L’Inspection cite les cas de marchés relatifs à l’acquisition du matériel informatique.La Direction de la Statistique a estimé que les offres des sociétés écartées n’étaient pas conformes à la demande réelle de la Direction en matière de capacité du matériel.Autre irrégularité, l’accès de la sous-commission technique aux offres financières avant la commission d’ouverture des plis. Chose que les inspecteurs ont jugé contraire à la discipline budgétaire.Pour la Direction de la Statistique, les plis ont été ouverts devant tous les membres de la Commission. En revanche, la sous-commission était chargée de l’étude des offres techniques uniquement et non pas financières.La réponse de la Direction précise que le jugement des offres se fait sur la base d’une étude technico-financière. «Après étude technique, c’est toujours la société la moins distante qui est retenue«, est-il indiqué dans cette note.Au niveau du contrôle du matériel, les inspecteurs ont abouti à un manque s’élevant à 2,7 millions de DH dont la destination n’a pas été élucidée. Selon un responsable de la DS, «les documents justifiant ces dépenses ont été cachés délibérément«.Pour ce qui est des conventions, les inspecteurs ont décelé une anomalie dans les revenus d’une enquête réalisée au profit du CNJA (Conseil National de la Jeunesse et de l’Avenir).Pour l’IGF, une partie de ces fonds n’a pas été budgétisée. Il s’agit grosso modo d’une somme de 75.000 DH qui a servi à l’achat de téléphones portables pour les enquêteurs et de 10.000 DH pour l’organisation d’un dîner pour ces derniers. Pour la Direction de la Statistique, la gestion de l’enquête au profit du CNJA a permis de dégager un excédent qui a servi à l’achat de portables nécessaires pour l’enquête. Elle a procédé à cet achat au lieu de distribuer l’excédant sous forme de primes.Jusque-là, l’affaire ne semble pas réserver de faits marquants, «Il s’agit d’une indiscipline budgétaire courante«, révèle un magistrat à la Cour des Comptes. En fait, le véritable problème porte sur les raisons du déclenchement de toute l’affaire. La DS vit actuellement «un climat de malaise« dû à ce que plusieurs fonctionnaires de cette administration appellent «un conflit entre la Direction et le Ministère de tutelle qui dure depuis deux ans«. Selon un responsable de la DS qui requiert l’anonymat, «le ministre du Plan et de la Prévision Economique a procédé à l’éloignement de plusieurs responsables de la Direction et les a remplacés par des membres de son parti«.Toujours selon la même source, «ces mutations ont entraîné une baisse significative de la production statistique en quantité et qualité. Même les organisations internationales qui collaborent avec la Direction sont au courant du climat de malaise qui y règne«. Pour ce responsable, «le ton est monté d’un cran entre la Direction et le Ministère après l’arrivée de l’IGF à l’établissement«.Un autre responsable de la Direction propulsé par le Ministère et lui aussi sous le couvert de l’anonymat dément formellement ces propos. Pour lui, il n’y a pas de conflit entre la Direction et le Ministère de tutelle. Il assure que seuls quatre responsables ont été mutés et non pas neuf. «Ces derniers ont été remplacés par des cadres de la Direction qui n’ont aucune relation avec le parti de l’Istiqlal«. N.L.
    l’économiste. édition du 10-08-2000

    source: http://www.leconomiste.com/article/le-dossier-de-la-direction-de-la-statistique-devant-la-cour-des-comptes?page=2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s